Les salaires et les évolutions de carrière

0
364

gel_salaires 

Au cours de ces dernières années, comme d’ailleurs auparavant, la CFDT de l’IRSN a joué un rôle majeur dans ce domaine, principalement à travers les négociations (NAO) et la commission des carrières.

Négociation annuelle obligatoire (NAO)

La CFDT le dit et le répète, les augmentations individuelles ne sont pas là pour compenser la perte de pouvoir d’achat due à l’inflation !

C’est pour cette raison qu’en 2018, la CFDT de l’IRSN n’avait pas signé l’accord sur les salaires car l’augmentation générale était pour nous insuffisante. En décembre 2018, à l’initiative de la CFDT, une demande intersyndicale a été faite au directeur général en CE de verser la « prime de fin d’année » annoncée par le Président de la République. Cela a été fait en mars 2019 et près de 200 salarié.e.s de l’IRSN ont bénéficié d’un montant de 300€.

En 2019, la CFDT de l‘IRSN a signé l’accord sur les salaires pour que les règles concernant les augmentations individuelles soient les mêmes que les années précédentes. Pour cela, il fallait la signature de 2 syndicats, d’où notre décision de signer avec la CGC et ce malgré l’absence d’augmentations générales.

Evolution de carrière : commission des carrières

Au sein de cette commission, indépendante du CE et demain du CSE, siègent des représentants de la direction et des représentants du personnel. Elle est  absolument nécessaire, puisqu’elle donne une visibilité sur la politique de recrutement et d’augmentation individuelle des salariés de l’institut, même si les représentants du personnel ont un devoir de confidentialité sur la situation personnelle des salariés ; mais ce point ne les empêche pas d’intervenir auprès des responsables hiérarchiques et/ou de la direction.

Les représentant.e.s CFDT au sein de la commission des carrières :

  • analysent les recrutements (classifications et niveaux), ce qui les conduit régulièrement à demander quelques réajustements pour des salariés sous classés (réajustement obtenus de temps en temps), et à interpeller la DRH sur des niveaux se situant au-delà de ce qui est actuellement prévu,
  • interviennent lors de la campagne annuelle d’augmentation individuelle, soit à la demande de salariés, soit après avoir identifié des situations qu’ils jugent anormales en termes de niveau et/ou de rythme d’avancement.
  • veillent à l’application des accords relatifs aux grilles salariales cadres et non-cadres.

En conclusion, une structure indispensable à l’effet visible toutefois limité.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here